Qui n’a jamais rêvé de naviguer en totale liberté, voguant sur les flots loin des tracas du plancher des vaches?
Mais du rêve à la réalité, posséder le bateau qui nous délivrera du mal vire souvent au cauchemar.

1 -Pour pouvoir payer ce bateau il faudra d’abord s’être enchainé des années à un travail enuyeux où pire prendre un crédit ce qui est un paradoxe pour quelqu'un aspirant à la liberté.

2- Une fois que tu en es l’heureux propriétaire, tu deviens, non le maître, mais l’esclave de ton bateau qui te réclamera sans cesse de l’argent pour le port, pour une nouvelle voile, pour un nouveau moteur, une nouvelle peinture….(la liste est infinie) là encore il faudra encore beaucoup travailler pour naviguer dans le meilleur des cas 20 jours par an !

3- Comme chacun a pu le constater la conjoncture n’est pas vraiment favorable au marché du bateau d’occasion, pour le revendre, si ton bateau n’est pas trop ancien tu pourras au mieux le brader au pire le garder à vie mais il continuera quand même à te coûter les yeux de la tête. (donc re-travailler encore et encore, non merci!)

4- Plus le bateau est gros plus tu es dépendant de tiers et personellement ça ne me va pas du tout.

Les plus pragmatiques des navigateurs utilisent la formule de la location de voilier qui, il faut bien l’avouer, est certainement la meilleure façon de faire de la voile sans aller à la banqueroute ni au divorce.

Mais si posséder ton propre bateau, bien adapté à ton programme te tente, il faut alors bien réfléchir et garder les pieds sur terre.

J’ai succombé aussi longtemps aux sirènes du bateau de croisière, mais depuis que j’ai découvert les joies de la navigation sur des petits voiliers moins prétentieux, je me demande encore ce qui m’a pris d’avoir eu les yeux plus gros que le porte monnaie.
Le petit voilier transportable permet de naviguer pratiquement toujours sereinement et sans stress, la progression technique de la pratique de la voile est sans commune mesure avec un gros bateau, ou l’on a tendance à mettre le moteur pour un oui ou pour un non.

Si par malheur, tu te vois contraint de ne pas pouvoir naviguer pendant quelques temps, pas grave, tu n'as qu’à parquer ton bateau la tête en bas dans un coin de ton jardin et l’oublier sans qu’il ne te coute le moindre sou.

 Le rayon d’action d’un voilier transportable quasiment infini, il suffit juste de choisir son bateau en fonction de sa voiture  (et non l’inverse) et tu parts explorer tout les plans d’eau d’Europe 10 fois plus rapidement que sur un croiseur lourd (moyenne d’un bateau sous voile : 5à6 nds (+-10km/h), moyenne derrière une voiture : 90km/h!).



 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement