Baluchon voilier

RECIT DU VOYAGE DE BALUCHON LE VOILIER DE POCHE

BALUCHON VOILIER

Vidéo Lisbonne/Canaries

TRAVERSEE DE L'ATLANTIQUE

Mardi 5 novembre 2019 port d'Arrecife sur l'ile de Lanzarote , après tous ces mois d'attente, j'ai trop faim de grand large, le bateau est fin près (enfin je pense) il est temps de se lancer. le problème c'est que je suis cantonné tout au fond du port, non pas avec les autres voiliers en partance mais avec les petits bateaux de pêche locaux, ça n'a pas d'importance en soit mais ça me fait une sacrée trotte pour rejoindre la mer à la godille et comme un fait exprès le vent souffle à décorner des taureaux pile poil de l'entrée du port (j'aurais très bien pu trouver facilement un pêcheur pour me remorquer mais ça m'aurait carrément fait mal quelque part) mais ce matin au réveil c'est le calme plat ce qui ne doit arriver qu'une fois par an, c'est sûrement un signe c'est le moment d'y aller.
Après une bonne demi heure de godille, je déroule enfin la voile, LIBÉRÉ! DÉLIVRÉ! aurait gueulé la princesse à la voix aiguë.
Le but du jeu est simple, faire cap vers les îles du cap vert pendant cinq six jours, puis ensuite bifurquer sur tribord en visant un point quelque part à la louche vers les Caraïbes c'est ce qu'on appelle la route des Alizés.
La première journée ce passe plutôt pas mal, même pas un petit mal de mer comme ça m'arrive parfois ça s' annonce bien.
La nuit, le vent se renforce, je laisse Fuerteventura sur tribord, ça gigote pas mal, je m'enferme dans le bateau, au petit matin j'ai un mal de crane d'enfer, et une grosse douleur sur la poitrine, je sors la tête du capot et ni une ni deux je me met à vomir par dessus bord, mais comme je n'ai rien manger la veille évidemment il n'y a rien qui sort et ça fait sacrement mal au bide. Je ne sais pas ce que j'ai mais je suis tout patraque, je pense un moment faire route comme il en est encore temps sur l'île de Gran Canaria sur mon travers, mais une petite voix à l'intérieur de moi me dit qu'il n'en est pas question, on continue vaille que vaille et on ne revient surtout pas en arrière (pff quel tyran cette petite voix!)
Il me faut une bonne partie de la journée pour comprendre que je me fais doucement intoxiquer par mon propre gaz carbonique (et probablement aussi par d'autres gaz corporels) les aérations du bateau sont visiblement insuffisantes juste trois trous de 5cm de diamètres à l'arrière et deux à l'avant ne suffisent pas, il va falloir s'organiser autrement, soit sortir tous les quart d'heure respirer de grandes bouffées d'air et des paquets de mer et rentrer ensuite faire de l'apnée pendant un nouveau quart d'heure ou alors laisser le capot entrouvert et se faire arroser par les vagues toutes le cinq minutes, c'est l'option que je choisi, le reste du voyage risque d'être un peu humide, pour couronner le tout ça secoue tellement que j'ai le corps qui n'arrête pas d'être projeté d'un bords sur l'autre sur ma paillasse faite d'une sorte de nylon très solide mais aussi très abrasif, j'ai la peau comme passée au papier de verre et ça commence à faire mal, il faut agir là aussi rapidement si je veux encore avoir de l’épiderme en arrivant, j'essaye pantalon et sweet pour me protéger mais ça me fait crever de chaud, je recouvre alors le matelas d'un bout de bâche plastique et amarre mon sac à vêtements de mer sur un côté de la couchette pour m'empêcher de valdinguer partout, miracle ça fonctionne parfaitement, même si la bâche plastique ça colle un peu.
Finalement au bout de trois jours de mer je commence enfin à prendre mes marques et à régler un a un les petits problèmes du quotidien, le vent est fort et le bateau avance comme un bolide en dévalant les vagues avec juste un tout petit bout de toile ça fait vraiment plaisir, cependant le roulis est assez terrible, impossible de faire la moindre cuisine y'a pas le choix il faut manger froid.
Le vent fort va durer pendant toute la première semaine puis devenir plus maniable pendant une bonne quinzaine de jours, où la navigation va devenir un vrai régal, le bateau marche tout seul comme un grand et je n'ai rien à faire d'autre que de régler de temps en temps la surface de voilure afin que bateau soit le plus équilibré possible, graisser plusieurs fois par jour le pilote pour éviter qu'il ne fasse son bruit de bébé tricéraptor affamé ce qui m'empêche de dormir, essuyer et garder le plus sec possible l'intérieur du bateau, puis me rincer à mon tour tout le corps, le passer entièrement à l'eau de Cologne, puis me tartiner de crème hydratante et cicatrisante (de la graisse à traire dont l'efficacité tient au miracle, je n'ai pas eu le moindre petit bobo cutané grâce à ce traitement de base deux fois pas jour).
Je peux enfin me faire un peu de cuisine mais ça ça me gonfle en général c'est plus une corvée qu'autre chose , d’ailleurs mon régime ne se compose que d'un sachet de nouilles chinoises ,d'une boîte de thon à l'huile et de quelques biscuits par jour et ça le fait très bien, je prend aussi une gélule de complément alimentaire.
Le reste du temps je lis, je dessine des bateaux, j'écoute des podcasts de radio, de la musique, je médite sur des projets futurs, bref c'est le paradis, personne pour me dire ce que je dois faire sur des milles à la ronde ce qui n'arrive pas si souvent finalement, le voyage pourrait très bien durer des mois que ça ne me dérangerait pas plus que ça.
En réalité ce n'est pas si simple, le bateau marche tellement bien, que j'en deviens un peu zinzin, une part de moi n'arrête pas de calculer le jour de mon arrivée comme si j'avais l'intention de battre un record, histoire peut être de montrer aux autres que mon bateau n'est pas aussi ridicule qu'il n'en a l'air, tu parles d'un solitaire! j'ai simplement conçu et construit ce bateau pour me faire plaisir à moi même, je n'ai absolument rien à prouver à qui que ce soit, pourquoi avoir ce comportement moi qui n'a jamais eu le moindre esprit de compétition?
Le problème aurait très bien pût n'être qu'un problème mineur si au bout du vingt cinquième jour de quasi extase avec des moyennes à plus de cent milles par jour ce qui pour un bateau de 4m est tout à fait honorable, le vent vira au sud puis faibli petit à petit jusqu’à devenir nul, la mer devint plate comme un miroir et mon brave Baluchon reste scotché pendant près d'une journée entière sans pouvoir avancer ne serait ce que de quelques centimètres le tout sous une chaleur infernale, c'est là que j'ai pris conscience du problème, la partie de moi qui n'arrêtait pas de compter les milles se mit presque à disjoncter (et oui zéro nœud de vitesse multiplié par X jours fera toujours zéro) dans mon délire j'imagine même que le vent ne reviendra sans doute jamais que je vais rester là des mois et que la terre entière constatera que ce Baluchon n'est qu'une vulgaire baignoire peinte en rouge, j'ai beau me raisonner en me disant que ça n'a aucune espèce d'importance, qu'en réalité la terre entière s'en fout pas mal de mon bateau, je reste contrarié, une bonne nage et une bonne plâtrée de pâtes à la sauce tomate (a ce moment j'avais furieusement envie d'un œuf sur le plat avec du bacon et une tartine de pain frais, mais je n'avais ni œuf ni bacon ni pain frais ni même une simple poêle) me remettent un peu les idées au clair.
La nuit suivante le vent se lève timidement au Sud Ouest ce qui m'oblige à rectifier mon cap prévu sur la Martinique vers la Guadeloupe, 40 milles dans la journée c'est déjà ça, puis le vent vire au sud en se renforçant un petit peu, je rencontre pas mal de grains et le ciel est de plus en plus sombre, puis pendant toute l'après midi la pluie se met à tomber en déluge le ciel devient tellement noir que les panneaux solaires ne produisent presque plus d'électricité, je coupe tous les circuits y compris le feu de nave pour laisser le maximum de jus au pilote.
27ème jour, le vent d'ouest revient enfin, Baluchon reprend sa route pleine balle mon moral remonte au sommet et j'ai perdu toutes notions de vitesse et de record à la con, Il n'y a plus que de l’adrénaline et du plaisir tout ce qui compte finalement.
29ème jour,dans la matinée j'aperçois une tâche sombre sur l'horizon, la Désirade puis dans l'après-midi la Guadeloupe, fin merveilleuse de la deuxième étape du voyage vers l'ouest du Baluchon.



Suite du voyage vers le pacifique trés bientôt...

pour les petites infos quotidiennes vous pouvez passer ici:

Pas besoin d'être inscrit a facebook pour y aller :-)


 


 
 



Créer un site
Créer un site